24 septembre 2006

Jeux de pouvoir jeux de désirs

Il est à noter que si les jeux de pouvoir ont été intégrés pleinement dans la problématique du management stratégique, les jeux du désirs demeurent proscris de la réflexion pour ou tout au moins sont largement refoulés à la marge du corpus. Pour autant, la subjectivité, l’affectivité, le symbolique, le désir sont présents en tout lieu dans l’action organisationnelle et donc dans le processus de décision. Sans doute l’apport de James March réside dans une analyse des jeux de pouvoir qui dépasse la conceptualisation de l’acteur... [Lire la suite]
Posté par Nathalie Gardes à 14:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 juillet 2006

Incertitude et pouvoir

L’incertitude et pouvoir sont liés. Le pouvoir s’installe dans des situations dont l’issue n’est pas prévisible à l’avance. Si les informations sont connues et hiérarchisées, et si le processus de décision est fixé, il n’existe aucun espace pour le pouvoir. C’est la conjonction de l’incertain et de l’asymétrie des positions (asymétrie des dotations initiales, des informations des capacités de traitement de l’information) qui explique la naissance et l’exercice du pouvoir. Crozier et Friedberg[1] construisent l’entreprise comme un... [Lire la suite]
Posté par Nathalie Gardes à 16:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 juillet 2006

Qui détient le pouvoir?

Les hypothèses de la concurrence pure et parfaite évacue le pouvoir, l’un des principes de base de l’économie néoclassique étant que nul ne peut être contraint à échanger, le pouvoir et le marché sont antinomiques Si l’on affirme qu’entre le contrôle du marché par le monopole et le contrôle de l’entreprise par le marché, il existe une multitude d’états intermédiaires, le pouvoir de l’entreprise est affirmé tant dans la détermination des prix que dans la fixation des lieux de la concurrence (différenciation du produit). L’entreprise... [Lire la suite]
Posté par Nathalie Gardes à 16:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 juillet 2006

Le pouvoir un concept central dans une analyse de réseau.

Pour comprendre la configuration d’un réseau, les flux de pouvoir et d’information peuvent être plus importants que ceux de l’argent et des services. Le pouvoir devient dans ce contexte un concept central de l’analyse de réseau. Selon Thorelli (1986) le pouvoir ne peut se penser comme étant possédé unilatéralement. Le phénomène le plus typique est celui de l’interdépendance. Ainsi, dans une logique de réseaux, l’organisation a intérêt, pour éviter une dépendance, à restreindre les interactions avec une partie donnée au profit d’une... [Lire la suite]
Posté par Nathalie Gardes à 16:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]